Archives Mensuelles: février 2008

Sa maman est en Amérique, elle y a rencontré Buffalo Bill

Quand sa nouvelle institutrice lui demande de se présenter devant toute la classe, Jean, tout rouge de confusion, de gêne et de timidité mêlés, se dépêche de lâcher : ‘jemappellejean-monpapaestpatron-mamamanestsecrétaire‘. S’il est gêné, c’est sans doute parce que, mine de rien, il vient de mentir en public. Il y a des années que Jean et son petit frère Paul n’ont plus vu leur mère. Ce qu’elle est devenue, l’endroit où elle se trouve restent un mystère pour les deux frères. Ce qui reste d’elle est tellement diffus, son souvenir est tellement lointain que cette fameuse question, qui obsède pourtant Jean, ‘elle est où ma maman?‘, il n’ose même pas la poser à son père. Etrangement, c’est via sa jeune voisine, Michèle, que Jean aura des nouvelles de sa mère. Cette dernière, sachant que Jean ne savait pas encore déchiffrer l’alphabet, aurait chargé la jeune fille de lui lire une carte postale, envoyée d’Espagne. La carte en question sera la première d’une série, envoyées de différents pays au fil du périple de sa maman. Rassuré par cette présence maternelle lointaine, le garçon va pouvoir vivre la vie ‘normale’ d’un enfant des années ’70, jusqu’à la révélation finale, finalement moins violente que ses proches ne l’avaient redoutée. Beaucoup de tendresse dans cette bande dessinée dont l’univers rappelle les meilleures épisodes de la série ‘Jojo’. Beaucoup d’humour aussi, tant dans le propos que dans les dessins souvent très originaux. Une réussite.

regnaud.jpeg

Disponible en section jeunesse, ‘Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill‘, de Jean Regnaud et Emile Bravo, risque de beaucoup plaire aussi aux grands adultes….

Publicités

Quelques livres pour la classe, pour les animations…

Récemment acquis par la bibliothèque, quatre livres qui intéresseront les animateurs de groupes de jeunes enfants. A noter : chacun d’eux est accompagné d’un CD audio sur lequel figurent les versions chantées ou lues des textes qu’ils contiennent.

comptines-danse.jpeg comptines-mimer.jpeg

Dans les domaines des comptines, ‘80 comptines à mimer et jeux de doigts‘ et ’60 comptines pour la danse et l’éveil corporel’ reprennent tous les deux les textes des comptines ainsi que des indications à l’attention de l’animateur. Indications qui lui donneront à tout le moins des pistes pour exploiter les comptines avec ‘ses’ enfants. Idéal pour le niveau maternelle.

Toujours dans le domaine des comptines, mais africaines cette fois : ‘Comptines et berceuses du baobab : L’Afrique Noire en 30 comptines‘ reprend 30 berceuses, chants de mariage ou de travail, danses ou jeux chantés en provenance de 10 pays d’Afrique de l’Ouest ou centrale. Pour chaque texte, vous trouverez la version originale, la traduction ainsi qu’une multitude d’infos sur l’origine, le contexte culturel, la gestuelle et l’instrumentation. Illustrations superbes. Pour tous, de la maternelle à la fin des primaires.

baobab.jpeg

Pour terminer, un ouvrage clairement destiné aux instituteurs : ‘Jeux de relaxation : Pour des enfants détendus et attentifs’. Il propose pas moins de 111 jeux de relaxation et d’attention tantôt drôles, tantôt tendres, de courte durée, toujours accompagnés de nombreuses variantes. Richement illustré, il comporte en outre toutes les indications nécessaires concernant la relaxation des 2 à 6 ans. Sur le CD accompagnant l’ouvrage : douze comptines et chansons relaxantes et une série de sons apaisants (gazouillis d’oiseaux, murmures de ruisseaux…).

relax.jpeg

Cercle de lecture – 19 mars 2008

Le roman qui sera abordé lors de la prochaine réunion du Cercle de lecture, le mercredi 19 mars, est « La joueuse d’échecs » de Bertina Henrichs.

Initialement publié chez Liana Levi, il vient de paraître au Livre de Poche.

joueuse.jpg

En voici un court résumé :

Dans l’île de Naxos, Eleni est femme de chambre dans un hôtel fréquenté par les touristes. La quarantaine négligée, elle mène une vie bien réglée entre son travail, un mari garagiste épousé à dix-huit ans, deux enfants adolescents et une amie d’enfance. Son seul espace de liberté, ce sont les chambres qu’elle fait chaque matin, les objets qu’elle y remarque, à travers lesquels elle imagine d’autres vies… Un jour, par un geste maladroit, elle renverse une pièce sur un échiquier sur lequel une partie est engagée. Sa vie bascule alors, car, de façon inattendue, elle se prend de passion pour ce jeu au grand dam de sa famille et des habitants de l’île plus qu’interloqués.

Cairn : un accès à plus de 150 revues spécialisées

Dans la salle de lecture, et via les 5 postes informatiques à votre disposition, vous avez accès à une banque de données reprenant le contenu intégral de 150 périodiques spécialisés en sciences humaines et sciences sociales. Vaste domaine qui regroupe aussi bien l’économie, que la psychologie, l’histoire, la géographie ou encore le droit et toutes les sciences de l’éducation. Cette banque de données est en fait un portail, véritable porte d’accès vers ces périodiques. Nommé ‘Cairn’, il vous permet d’effectuer des recherches multi-critères (titre de magazine, titre d’article, sujet…) parmi plus de 36000 articles.

Cet accès gratuit ne peut s’effectuer qu’à partir de la bibliothèque et vous est proposé grâce à l’appui de la Communauté française.

Pour la prochaine réunion du Cercle de Lecture

harpman.jpg

Comme vous le devinez, le livre qui sera présenté lors de la prochaine réunion du Cercle de Lecture est :

Le bonheur dans le crime’ de Jacqueline Harpman

Petite présentation du livre, par son éditeur :

Un conducteur coincé dans un embouteillage, un jour de tempête à Bruxelles, est arrêté devant une maison de style éclectique. Fasciné par les habitants de cette demeure, il raconte leur histoire à la personne qui l’accompagne. Étrange maison, en réalité, pour une étrange famille, les Dutilleul. Il y a Emma, la grand-mère qui aime choquer ; Simone et Philippe, les parents professeurs qui sont aspirés par la tornade qu’est leur vie familiale ; ainsi que les quatre enfants : Emma, Clément, Delphine et Hippolyte, autour desquels se noue l’intrigue. À mesure que le récit progresse, des relations défendues se tissent entre les protagonistes et s’installe une atmosphère pesante où folie, suicide et « bonheur dans le crime » se côtoient.

Jacqueline Harpman est l’auteur d’une dizaine de romans parmi lesquels La plage d’Ostende, Moi qui n’ai pas connu les hommes, Orlanda (prix Médicis) et La dormition des amants. Elle a publié Mes Œdipe au Grand Miroir (2006). Elle vit à Bruxelles où elle est psychanalyste.

Nouvel Horaire

A partir de ce jeudi 21 février, l’horaire d’ouverture de la bibliothèque de Marchin s’élargit de 3 heures.

En plus des heures d’ouverture actuelles, nous vous accueillerons également tous les jeudis, de 14 à 17h.