Archives Mensuelles: mai 2008

Frank Elder : 3ème épisode

Après ‘De chair et de sang’ et ‘De cendre et d’os’, ‘D’ombre et de lumière’ vient superbement conclure le cycle que John Harvey a consacré à Frank Elder. Cette fois encore, c’est un coup de fil qui tire Elder, ancien inspecteur de police, de sa retraite. Son ex-femme, Joanne, lui demande son aide afin de retrouver la trace de Claire Meecham, une amie disparue il y a quelques jours à Nottingham. Alors que d’habitude, Frank rechigne et se fait prier pour quitter sa petite maison perdue en Cornouailles, cette fois, il accède assez rapidement à la demande d’aide de Joanne. Sans doute se dit-il que ce sera l’occasion de revoir Katherine, sa fille. Celle-ci avait été impliquée dans la première enquête de ce cycle, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’en était pas ressortie indemne. Depuis lors, les relations entre le père et la fille restaient tendues.

Comme dans un épisode de la série télé ‘FBI : portés disparus’, Elder va tenter de cerner la personnalité de Claire, parce que ‘plus nous en apprendrons sur elle, plus nous aurons de chance de découvrir l’endroit où elle se trouve’.

Après quelques jours, son enquête va lui en rappeler une autre, inaboutie et datant de 1997. Elle concernait aussi une femme, Irène Fowler, proche par l’âge et la classe sociale de Claire Meecham. Alors que s’affirment les points communs entre les deux affaires, Elder doute de la logique de son implication et pense rentrer en Cornouailles. Maureen, son ancienne collègue, l’en dissuade : ‘Ce dossier, tu le connais mieux que personne. Et puis, tu sais combien d’enquêtes nous menons de front en ce moment même ? Combien de meurtres ont été commis ici, depuis le premier de l’an ?’.

Par rapport aux précédents polars de John Harvey et en admettant que cela soit possible, cette intrigue se révèle encore plus révélatrice de la noirceur de certaines âmes et plus effrayante dans son illustration du destin implacable qui attend leurs victimes. Si Claire et Irène n’avaient pas rencontré telle personne, si elles ne s’étaient pas rendues à tel endroit…sans doute leur joie de vivre illuminerait-elle encore leurs proches. Harvey n’a pas changé son fusil d’épaule. Encore une fois, Harvey appuie là où cela fait mal. Les zones d’ombres de notre société, ces saletés que l’on camoufle sous le tapis, il ne peut s’empêcher d’y jeter une lumière crue. La violence démesurée et banalisée qui gagne sans cesse du terrain. Et les moyens pour l’endiguer, de plus en plus réduits. Comme un Mankell ou un Rankin (qu’il salue d’ailleurs en ces pages), il prend fait et cause pour ces policiers de terrain, soldats de première ligne, confrontés trop souvent à l’horreur et débordés de toutes parts. Et c’est sans doute pour cela qu’il prend soin de leur ménager l’une ou l’autre éclaircie : en écho à ce dernier titre, il laisse à ses lecteurs le soin de décider si la vie d’Elder va basculer de l’ombre vers un peu de lumière…

(D’ombre et de lumière, par John Harvey, Paris : Payot et Rivages, 2008 (Collection ‘Rivages/Thriller’)

Publicités

« Le porteur de destins » de Gilbert Bordes

Le mercredi 18 juin, les désormais « habitués » du Cercle de lecture se retrouveront pour discuter, débattre ou simplement dire s’ils ont aimé (ou non) le roman de Gilbert Bordes, « Le porteur de destins« .

Si ce titre ou cet auteur vous attire plus particulièrement, il n’est pas trop tard pour rejoindre le groupe. Pour rappel, le Cercle de lecture se réunit une fois par mois dans les locaux de la bibliothèque de Marchin. Pour tout renseignement, n’hésitez pas à nous contacter au 085 27 04 21.

Initialement publié chez Seghers, ce roman est également paru chez Pocket. En voici un bref résumé :

En 1912, Antonin avait vingt et un ans et il était fou de bonheur. Certes, il allait rejoindre son régiment et quitter pour de longs mois Josépha qu’il aimait plus que tout ; mais il savait qu’elle l’attendrait, qu’en 1914 ils se marieraient et vivraient aux Rivières-Hautes, le domaine familial qui lui revenait.

Le destin en décida autrement. La guerre éclata. Lorsqu’il revient, amputé d’un bras, son frère dirigeait le domaine et Josépha était mariée avec un autre.

Antonin devient alors facteur. Chaque jour il chemine sur les routes de Corrèze. De maison en maison, il porte les nouvelles, bonnes ou mauvaises. Émissaire du destin, il est tour à tour idolâtré et haï. Parfois, il se rebelle et tente de modifier le cours des choses. Mais peut-on s’opposer à l’inéluctable ?

Pour les bibliothèques publiques!

C’est le journal ‘Le Soir’ de ce mercredi 21 mai qui y faisait écho : ‘les étudiants qui arrivent dans l’enseignement supérieur, pourtant habitués à l’utilisation de Google, MSN et Myspace, affichent de profondes lacunes en matière de recherche documentaire et informationnelle, y compris via internet’.

Cette phrase est extraite d’une étude réalisée par l’ASBL Edudoc et par le Conseil interuniversitaire francophone. Les 1865 jeunes ayant participé à l’enquête obtiennent une note moyenne de 7,67 sur 20….ce qui signifie que 93% d’entre eux sont purement et simplement ‘busés’ en recherche documentaire.

Principaux problèmes rencontrés : lors d’une recherche documentaire, les jeunes se limitent à recourir à un moteur du genre Google ou Yahoo. Les résultats ainsi obtenus ne sont pas comparés, vérifiés ou mis en parallèle avec d’autres sources (livres, articles de presse…). Autres problèmes majeurs : la grande majorité des ‘sondés’ ignore qu’ils doivent citer leurs sources et se révèlent incapable de déterminer un mot-clé pour lancer une recherche sur un sujet donné.

Une des conclusions de l’enquête révèle que les résultats des jeunes sont d’autant meilleurs qu’ils fréquentent et connaissent une bibliothèque ou un centre de documentation…A bon entendeur…

Nouveau site des Ecoles Communales de Marchin

Tout nouveau, tout beau : le site des Ecoles Communales de Marchin.

Allez-y voir, c’est à cette adresse-là :

http://www.quenovelle.be/ecoledemarchin

Expo ‘Livre fou’

En collaboration avec le Centre Culturel de Ciney, l’Ecole Communale de Belle-Maison a participé à l’opération ‘Livre Fou’.

Sur le thème de ‘La mer’, les enfants ont été invités à imaginer une histoire et à la ‘mettre en scène’ en réalisant, avec l’aide de leur instituteur ou de leur institutrice, un ‘livre fou’…

‘Fou’ : dans le sens où ils avaient toute latitude pour utiliser (et au besoin, tordre, malaxer, triturer…) aussi bien les mots, les couleurs que les papier et autres cartons…

Le résultat de leur travail, dont quelques exemples figurent en photo ici, a déjà été exposé au Centre Culturel de Ciney pendant plus d’un mois. Il est à présent exposé dans votre bibliothèque, et ce, jusqu’à la fin de l’année scolaire…

Magazines nature

Nous avions déjà un abonnement au magazine ‘l’ami des jardins’. Ce magazine français propose chaque mois des idées d’aménagement, des suggestions de plantations ainsi que toute une série de conseils selon le type de jardins, de terrain et d’ensoleillement. Il contient également plusieurs rubriques plus ‘générales’, de type ‘déco d’intérieur’ ‘recettes de cuisine’.

Dernièrement, un lecteur nous a proposé de nous donner ses magazines consacrés aux jardinage, à la

nature et aux oiseaux. Puisque ce lecteur s’engageait à nous les donner régulièrement (ce qui nous permettra de proposer une collection complète et à jour de ces 3 magazines à tous les usagers de la bibliothèque), nous avons accepté cette offre. Depuis le début de cette année, la salle de lecture compte donc trois nouveaux titres : ‘Notre Jardin’, ‘Natagora’ et ‘Aves’.

‘Notre jardin’ est un mensuel au contenu fort proche de celui de ‘L’ami des jardins’. Différence importante, il est édité en Belgique et les références qu’il contient peuvent donc nous ‘parler’ plus directement. Il semble également s’adresser à un public plus ‘spécialiste’ du jardinage. Très complet et très didactique.

Les deux autres nouveaux magazines sont des trimestriels. ‘Natagora’ est sous-titré ‘le magazine couleurs nature’ et est édité par une asbl qui se consacre à la protection de la nature en Belgique. En une petite trentaine de pages, il fait chaque fois le tour de l’actualité ‘écologique’ de notre pays : nouvelles des réserves naturelles, articles de fond sur une espèce animale, idées de promenades… Professionnel et accessible.

Quant à ‘Aves’, il s’agit du bulletin ornithologique de l’asbl du même nom. Destiné à un public soit professionnel, soit ‘amateur pointu’ dans le domaine des oiseaux, il contient des articles de fond très documentés et exhaustifs. Dans chaque numéro (d’une soixantaine de pages), vous trouverez de 3 à 4 articles consacrés à une espèce précise, à des migrations ou à des observations effectuées dans certaines régions du globe.