Archives Mensuelles: octobre 2017

Fureur de Lire : la brocante continue

Notre brocante de livres à prix ultra-réduits se poursuit encore deux semaines!

Publicités

C’est ce soir!

NicolasAncionWEB

En attendant notre soirée littéraire (4)

D’ici au 13 octobre prochain -jour de la rencontre avec l’auteur belge Nicolas Ancion- nous tenterons de vous donner l’envie de découvrir son univers, son style, ses passions et sujets de révolte en publiant régulièrement des chroniques de ses livres.

Parce qu’il glande, qu’il en a marre de l’art contemporain, qu’il aimerait obtenir un poste de prof d’arts plastiques à la Province de Liège, parce qu’enfin la situation des ouvriers d’Arcelor Mittal le révolte, Richard turbine des neurones. Une idée, il est à la recherche d’une idée qui lui permettrait de transcender tous ces problèmes, de montrer que l’art, c’est autre chose,  ça doit vibrer et interpeller et si en plus si ça peut appuyer là où ça fait mal, par exemple sur les abus de pouvoir des grands capitaines d’industrie, c’est encore mieux. Et, de manière inespérée, l’idée surgit : enlever l’un d’entre eux, Lakshmi Mittal, rien que ça, et lui imposer la réalisation d’une série d’œuvre d’art sensées étaler les idées révolutionnaires de Richard au grand jour. Avec l’aide de Léon, ami de toujours, et d’Octavio, ouvrier mittalien sur le carreau, Richard orchestre son plan. Si les premières mesures s’avèrent plutôt réussies, le hasard et d’autres imprévus viendront progressivement gripper la partition initiale.

Publié en 2009, « L’homme qui valait… » porte en lui une partie des thèmes qui seront développés dans « Invisibles et remuants » : la dénonciation du capitalisme et des pratiques politiques scabreuses, la pensée unique, l’abrutissement généré par les tâches répétitives mais aussi par les médias et, en filigrane, une critique ironique et mordante de notre mode de vie. Mais limiter l’intrigue à ce volet « social » serait malhonnête et injuste puisque Nicolas Ancion prend soin d’habiller ce fond de plusieurs couches d’humour et de surréalisme proprement réjouissantes. Ajoutez à cela l’ambiance de franche camaraderie qui règne entre Richard, Léon, Octavio et d’autres seconds rôles tout aussi sympathiques,  et vous obtenez un roman belgo-liégeois parfaitement réussi.

En attendant notre soirée littéraire (3)

D’ici au 13 octobre prochain -jour de la rencontre avec l’auteur belge Nicolas Ancion- nous tenterons de vous donner l’envie de découvrir son univers, son style, ses passions et sujets de révolte en publiant régulièrement des chroniques de ses livres.

« Les ours n’ont pas de problème de parking » est un recueil de 8 nouvelles dans lesquelles on retrouve des petits moments banals qui se voient transformés en quelque chose d’extraordinaire, avec en filigrane, dans plusieurs d’entre elles, l’enfance ou ses souvenirs.

Imaginez jouets et peluches réglant leurs comptes en l’absence du petit monstre à qui ils appartiennent ; une autre nouvelle où il est question d’une collection d’autocollants Panini à l’effigie de footballeurs célèbres dérobée à son propriétaire et enjeu du match prévu le lendemain ou encore dans « Tête de Turc »,  ce monsieur turc qui endosse le rôle de Père Noël et qui ne peut s’empêcher de mettre en garde un jeune garçon qui exprime un souhait qu’un adulte semble lui avoir soufflé…

Parfois drôle, parfois grinçant, c’est sur un ton décalé que Nicolas Ancion nous raconte ces courtes histoires en y insufflant ce petit supplément de douce folie qui tantôt fait justice, tantôt réchauffe ou fait sourire.