Archives Mensuelles: octobre 2019

Pourquoi nous invitons Myriam Leroy (2)

Dans la lignée de son précédent et premier roman (« Ariane », 2018), Myriam Leroy nous propose un texte fort, interpellant, non dénué d’humour et qui illustre une thématique très actuelle.

Basée sur une expérience personnelle, elle met en scène une femme médiatique qui, pour ne pas froisser un de ses admirateurs, accepte d’échanger avec lui quelques messages sans réelle importance. A ses yeux à elle du moins. Pour « Denis », l’admirateur en question, il s’agit de tout autre chose, et si sa correspondante manque de régularité dans leur correspondance, qu’elle répond trop lentement ou trop succinctement, il ne manque pas de le lui faire savoir. Sur un ton doucereux. Presque plaintif. Sans élever la voix, pour peu que cela soit possible par écrit. Dans un premier temps, elle se révèle incapable, parce trop gentille et craintive aussi, de se débarrasser du gêneur. Lorsqu’elle s’y résout enfin, la réaction de Denis sera celle d’un ado, d’un être immature et pervers, d’une personne animée d’une seule intention : celle de nuire et de détruire psychologiquement.

Le harcèlement dont fera l’objet la femme médiatique –jamais nous ne saurons son identité- sera d’abord en mode doux, le « Denis », grand seigneur, lui laisse une chance de changer, avant d’aller crescendo en violence verbale, sans jamais faiblir dans sa régularité. Tous les jours, sur les divers réseaux sociaux, ce seront injures crapuleuses, calomnies et désinformations touchant tant la vie intime que professionnelle de la victime, servies par un vocabulaire grossier. Les partages et commentaires du même acabit de la part d’inconnus seront nombreux, accentuant d’autant la descente aux enfers.

« Les yeux rouges » confirme le talent de Myriam Leroy et sa capacité à scotcher son lecteur. Style direct, ton et vocabulaire aussi actuels que le cœur du récit, mise en scène des personnages faussement lacunaire, tout est mis en place pour ne pas ménager ceux qui s’aventurent dans son univers. L’inconfort transpire, la situation nous révolte et éveille notre dégoût, notre indignation et notre empathie. Tout l’inverse d’une littérature reposante.

Myriam Leroy sera notre invitée ce vendredi 18 octobre, tous les renseignements se trouvent sur ce site.

Pourquoi nous invitons Myriam Leroy (1)

« Ariane », c’est l’histoire d’une amitié entière et excessive entre deux adolescentes, que tout oppose. L’une est timide, peu sûre d’elle et issue d’une famille coincée, qui se revendique comme bourgeoise mais n’en a ni les moyens ni les codes. La seconde, Ariane, provient d’une famille riche ; elle est belle et attire les regards. Leur relation va se construire au fil des brimades et des coups bas qu’elles infligent aux autres, dans un récit empreint de noirceur et d’une ambiance un peu malsaine qui laisse présager que cette histoire ne pourra que mal se terminer.

Cette thématique de l’amitié entre deux ados n’est pas vraiment nouvelle mais d’emblée, Myriam Leroy propose une narration enlevée, un ton grinçant, une écriture qui prend aux tripes et qui donne vie à un roman dont on ne sort pas indemne. On est très loin d’une amitié tranquille au long cours. Myriam Leroy s’attache à nous faire découvrir ses personnages au travers de leurs contradictions et de leurs faiblesses et parvient à les rendre terriblement réels. De par son décor dans le Brabant wallon des années 90, l’histoire met également en lumière quelques références et souvenirs de cette époque. Les retours vers le présent et les dernières pages du livre nous rappellent que l’adolescence est une période qui peut être très violente et dans laquelle les jeunes se trouvent projetés sans vraiment y être préparés. Un premier roman vibrant, très réussi que l’on aimera…. ou pas.

Myriam Leroy est notre invitée ce vendredi 18 octobre, tous les renseignements sont sur ce site.

Les sciences dans la vie quotidienne : toute une expo à la bibliothèque!

 

Science en chantier est une exposition interactive consacrée aux sciences qui s’adresse aux enfants et aux jeunes de la 5ème primaire à la 2ème secondaire. Il s’agit d’un projet participatif (observer, manipuler, chercher, expérimenter, déduire) qui montre que les sciences sont omniprésentes dans notre quotidien.

Conçue par la Bibliothèque centrale de la Province de Liège, en partenariat avec l’asbl Hypothèse, la Maison de La Science et l’asbl Science et Culture, l’exposition vous attend à la bibliothèque de Marchin entre le 9 octobre et le 6 novembre 2019.

Pour plus d’infos, n’hésitez pas à nous appeler au 085/27.04.21 ou nous envoyer un mail : bibliotheque@marchin.be

 

Fureur de Lire : à vos agendas (2)!