Archives du blog

Dans la nuit brune d’Agnès Desarthe

Jérome, le narrateur, a la cinquantaine et partage sa vie avec Marina.

Attention, Marina n’est pas sa compagne mais bien sa fille de 18 ans qui vit avec lui depuis que sa femme, la mère de Marina, est partie vivre dans le sud.

Quand Armand, le petit ami de Marina perd la vie dans un accident de la route, Jérôme est bouleversé et éprouve bien des difficultés à gérer tant ses émotions que celles de sa fille. Il ne trouve pas les mots ni les gestes pour apaiser le chagrin de celle-ci. Paula, son ex-femme, personnage peu sympathique et paraissant assez insensible revient alors auprès d’eux pour quelque temps ; ce qui ne manquera pas de troubler Jérôme.

Cette douloureuse épreuve va emmener le narrateur à la recherche de ses racines pour essayer de comprendre ce qu’il faisait seul, tout gamin, dans la forêt, quand un couple – ces personnes deviendront par la suite ses parents adoptifs – l’a découvert. Il sera épaulé dans cette quête par un personnage intrigant mais désireux de lui apporter un soutien et une aide bien réels.

D’Agnès Desarthe, je n’avais lu que 2 ou 3 romans jeunesse parus dans la collection « Mouche » de l’Ecole des Loisirs. Cette première rencontre avec un texte s’adressant à un public adulte m’a beaucoup plu. J’ai apprécié le style, l’écriture, la manière d’aborder de grands sujets sans les approfondir – c’est vrai – mais en allant assez loin que pour susciter la réflexion du lecteur. Pas de mièvrerie non plus alors que le sujet du deuil aurait pu l’emmener sur ce chemin là. Cela ne signifie pas pour autant que l’auteur manque de sensibilité, que du contraire. Ce roman est en effet une ode à l’amour et à l’amitié, des valeurs vraies de la vie qui font qu’il faut l’apprécier pleinement et profiter de chaque instant. Un très beau texte qui fait également la part belle aux relations parents – enfants.

Publicités